.

logo gen4

.

comunione17 février 2016
Ensemble non pour des raisons professionnelles, mais au nom de l’amour: 400 formateurs en provenance de 39 Pays, de l’Océanie au Nigéria, tous passionnés par les nouvelles générations. Une mission difficile ? Certes, mais réalisable si vécue en communauté.

Accompagnement des adolescents dans leur projet de vie, profil de l’éducateur, éducation à la difficulté, la communauté qui éduque, autant de sujets abordés par les 400 formateurs convaincus de leur vocation et qui accompagnent les enfants et les jeunes dans le cadre du Mouvement des Focolari, sous toutes les latitudes. Vinca et Make viennent de Melbourne. « Je suis originaire de Futuna : un pas de plus et tu tombes en dehors de la planète ! – dit en plaisantant Make – . Quand je me suis rendue dans la petite communauté de l’île de Kiribati, les enfants ont tout de suite été intrigués par la présence d’une étrangère puis surpris du fait que je joue avec eux. J’ai couru avec eux pendant deux heures, même si ce n’est plus de mon âge et même si nous n’avions aucune langue en commun. Une relation spéciale s’était établie entre nous ». 
Mais quel est le modèle éducatif de référence? Il s’agit de la personne-en-relation, capable d’aimer et d’être à son tour aimée, un modèle qui prend racine dans la pensée de Chiara Lubich. Les éclairages qu’elle apporte en matière d’éducation ont été développés par un groupe de chercheurs en pédagogie et par les travaux de l’Ecole Abba et de l’Institut Universitaire Sophia qui a envoyé quelques uns de ses professeurs pour intervenir et animer forums et workshops.

workshop EmmaLes propositions très diversifiées et correspondant à toutes les tranches d’âge : parcours pour éduquer à la mondialisation, profil de l’animateur et dynamique de groupe, gestion des conflits, réflexion sur foi et raison, et aussi des sujets plus spécifiques comme les styles de vie et leur impact sur l’environnement, la théorie du genre, les addictions, les mass media. Les activités pratiques n’ont pas manqué : danse et émotions, théâtre, lancé de ballons, marionnettes, art et travaux manuels, montages vidéo, exploitation des photos et des images.
Une possibilité concrète de « mettre en mouvement le cœur, la tête et les mains », en faire l’expérience pour pouvoir ensuite le vivre avec les enfants et les adolescents. C’est l’une démarche particulièrement recommandée par le Pape François, (cf. le récent congrès mondial de l’Education, Rome, novembre 2015) et à laquelle Mgr Vincenzo Zani, secrétaire de la Congrégation pour l’Education Catholique, a invité tous les formateurs présents à Castel Gandolfo du10 au 15 février, en présentant la pensée de François sur l’éducation.
Guetteur avisé, chercheur audacieux, fin observateur, humble tisseur de relations : autant de qualités requises pour l’éducateur d’aujourd’hui qui n’agit pas seul mais au sein de la communauté. Il expérimente l’échec mais ne s’y résigne pas, pour à son tour aider les autres à ne pas se décourager. Surtout il essaie d’être une personne authentique, un témoin digne de confiance. Souvent il a à faire à des enfants à problèmes, « bambini nei guai », pour reprendre le titre d’un ouvrage qui a été présenté au cours de ces journées : ils souffrent en raison de la fragilité de leur propre famille, subissent des violences… mais quelqu’un est venu insuffler dans leur histoire des germes d’espérance. Il est toujours possible de recommencer, en les aidant à réactiver ce que dans le jargon technique on appelle la résilience : tirer le meilleur de ses propres ressources pour affronter les situations difficiles, s’adapter et les dépasser.


clariaT.Claria“Il est nécessaire d’acquérir des compétences – explique Arturo Clariá, psychologue clinicien argentin – y compris dans le domaine sociologique, psychologique, en proposant des méthodes pour travailler en groupe, pour être plus responsable dans l’accompagnement, toujours en regardant vers le haut, vers ce qui nous transcende. Cette confrontation entre éducateurs du monde entier a fait émerger des problématiques actuelles et communes aux diverses cultures, au sein d’un monde globalisé : le manque d’estime de soi, le vide existentiel et la difficulté à bâtir son propre projet de vie. Et parfois on ne sait pas quoi faire. Comment faire face à cette société liquide ? L’éducateur n’est pas celui qui détient le savoir, mais le chef d’un orchestre où chacun est appelé à jouer de son instrument et c’est à lui de trouver l’harmonie de chacun ». Une éducation qui sort des cercles fermés et qui prend en compte la dimension émotionnelle, sociale et éthique : « C’est cela –conclut-il – travailler pour construire une culture de paix et de fraternité ».
Foto: https://goo.gl/photos/BjmCh1FPnXaxyBQh8
Facebook: In Cammino Educarsi per Educare

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.