.

logo gen4

.

 

« Qu’est-ce que moi je peux faire pour la paix ? »

«Bien sûr, nous pouvons prier. Mais pas seulement : chacun de nous peut dire ‘‘non’’ à la violence qui dépend de lui ou d’elle. Parce que les victoires obtenues avec la violence sont de fausses victoires, alors que travailler pour la paix fait du bien à tout le monde» (le pape François, à l’Angélus du 4 février 2018)

Une Gen4 avait posé la même question à Chiara lors du 1er Congrès Gen4 de 1988. Et Chiara a répondu : «Pour la paix : avant tout, il faut avoir la paix en nous. (…) Puis, faire ces activités pour un monde uni, parce qu’un monde uni est toujours en paix. Enfin, il faut prier pour la paix ».
Puis en 1996, à la question : « Chiara, pourquoi il n’y a pas la paix ? Que pouvons-nous faire, nous Gen4 ? » Chiara répond : « (…) il n’y a pas la paix sur la terre, parce que les hommes ne connaissent pas l’amour, alors, ils ne font pas la paix (…) Au contraire, s’ils connaissaient l’amour, ils s’aimeraient tous et il y aurait tout de suite la paix. Alors, nous qui connaissons l’amour, vous Gen4 qui savez faire les actes d’amour, vous devez tout faire pour les faire ces actes d’amour et porter ainsi l’amour dans le monde. Et il y aura la paix».

Les Gen4 du monde entier sont en train d’essayer de « porter l’amour dans le monde »… et avec l’amour, « la paix viendra» :

« Un jour, j’ai lancé le ‘‘dé de l’amour’’ et il est tombé sur ‘‘aimer son ennemi’’. En pensant à une compagne de classe qui me tape pendant la récréation, ça me semblait difficile de mettre en pratique cette phrase, mais je voulais essayer. Quelques jours après, je suis rentrée de l’école contente car en arrivant en classe, je m’étais assise à côté de cette compagne, qui était un peu mon ‘‘ennemi’’. Je l’ai embrassée en lui disant : ‘‘Maintenant nous sommes amies’’ ». (Valentina du Brésil) 

Un jour, Stayan et Nikol de la Hongrie jouaient avec d’autres enfants en deux groupes. A un certain moment, les groupes ont commencé à se lancer des cailloux. Stayan et Nikol se rappellent que le matin même, le ‘‘dé’’ leur avait dit de : ‘‘s’aimer mutuellement’’. Ils se sont tout de suite arrêtés et en cessant le « jeu », ils ont demandé pardon à l’autre groupe. Puis ils ont formé deux équipes de foot et ils ont joué tous ensemble.

… et avec eux, beaucoup d’autres enfants, ados… comme ceux qui adhèrent au projet Living Peace (http://livingpeaceinternational.org). Quelques uns parmi eux sont même nommés chaque année : « Petits Ambassadeurs de la Paix » par le Cercle Mondial des Ambassadeurs de la Paix (dont le siège est à Genève) :

Mia Stankovski et Matija Borcic sont deux enfants qui vont à l’école « Rayon de Soleil » dans la cité-pilote ‘Faro’ en Croatie. L’école adhère au projet Living Peace. Les enfants et les maîtresses de leurs classes ont proposé qu’ils soient nommés « Petits Ambassadeurs de la Paix » pour ces motifs :

« Quand quelqu’un se fait mal, Mia court tout de suite vers lui ou vers elle et elle le console ». (Anica)
« Elle ne se met pas en colère quand les autres ne sont pas d’accord avec ses propositions ». (Jana)
« Mia est tranquille et en paix au milieu des enfants. C’est une bonne amie. Elle sait partager et elle aide tout le monde sans faire de différence et à chaque fois que c’est nécessaire. Elle aide surtout ceux qui ont des difficultés ». (Sladana, maîtresse)

« Quand un jour nous nous sommes disputés, Matija m’a demandé pardon et nous avons fait la paix. Une fois, je suis tombé par terre et il a accouru vers moi pour me demander comment j’allais ». (Vito)
« C’est mon meilleur ami. Il est très gentil et il partage toujours avec tout ce qu’il ramène de la maison. Souvent il m’aide à ranger et à dessiner ». (Jakov)

… nous sommes nombreux, mais maintenant nous voulons le dire encore à beaucoup, beaucoup, beaucoup et arriver à…

Des milliers d’enfants pour la paix !

Tu nous aides toi aussi ?

  • en vivant comme Marie qui a toujours aimé tout le monde,
  • en recommençant chaque jour à découvrir comment aimer (en lançant le dé de l’amour chaque matin) et en l’expliquant à beaucoup d’autres enfants et pas seulement à eux !
  • en utilisant et en faisant connaitre le dé de la paix qui nous rappelle aussi que pour construire la paix, nous devons savoir pardonner pour recommencer à aimer…
  • et en priant pour la paix (seul, en famille, à l’école…) tous les jours mais particulièrement comme nous l’a demandé le pape François :

vendredi prochain 23 février,

  • ensemble, dans le monde entier, nous demanderons la paix partout où elle n’y est pas et spécialement pour deux pays africains : la République Démocratique du Congo et le Sud-Soudan.

… et si tu veux nous dire comment ça s’est passé, combien vous étiez, qu’est-ce que tu as fait pour vivre, prier pour la paix avec tes amis, camarades, à l’école, au catéchisme, dans les magasins, dans le parc, partout, écris-le ci-dessous ! 

 

Ce sera formidable de savoir combien d’amour tous ces enfants pour la paix auront porté dans le monde !

Ce site utilise des cookies techniques, y compris ceux de parties tierces, pour permettre une exploration sûre et efficace du site. En fermant ce bandeau, ou en continuant la navigation, vous acceptez nos modalités d’utilisation des cookies. La page d’informations complètes indique les modalités permettant de refuser l’installation d’un cookie.