Action “Jésus a été mis à la porte…”

Née en 1997, cette action Gen4 va bien au-delà de la signification littérale des paroles: il s’agit de ne pas se laisser conditionner par la société de comsommation, en remettant les valeurs au centre. L’idée est venue d’une réflexion de Chiara Lubich, alors qu’elle se trouvait en Suisse juste avant Noël. 

En marchant dans les rues illuminées d’une grande ville, Chiara Lubich a été touchée par les lumières, les belles décorations, et tant de richesses, mais surtout par l’absence de référence à la première signification de Noël. Elle écrit ceci:

 “l’incrédulité, puis une sorte de révolte: ce monde plein de richesses s’est “emparé” de Noël et de tout ce qui va avec, et a mis Jésus à la porte ! (…) Il compte sur Noël pour la meilleure recette de l’année. Mais il ne pense pas à Jésus. « Il est venu parmi les siens et ils ne l’ont pas accueilli” “Il n’y avait pas de place pour lui à l’auberge”…  pas même à Noël.” (Ch.Lubich, in L.Velardi, Hanno sloggiato Gesù, Città Nuova, Roma, 2005, p.5)

Depuis 1997, des milliers de Gen4 du monde entier ont accueilli l’invitation de Chiara à remettre Jésus au cœur de la fête de Noël.

Accompagnés de leurs parents, amis et autres membres du Mouvement, ils vont dans les rues et sur les places, sur les marchés, auprès des institutions locales, et dans les écoles. Là, ils offrent aux gens de petites statues en plâtre de l’Enfant Jésus et toutes sortes de crèches fabriquées par leurs soins et accompagnées d’un écrit de Chiara Lubich intitulé “Jésus a été mis à la porte”

Accueil et don

“Ne pas mettre Jésus à la porte” signifie aussi “l’accueillir” en tous ceux qui peuvent en avoir le plus besoin. L’action “Jésus a été mis à la porte…” comporte en elle-même la dimension du “don”, de la prise en considération des autres. Chaque année, les Gen4 pensent à des initiatives en faveur des enfants de leur âge qui, dans certaines parties du monde, manquent du nécessaire, comme l’Enfant Jésus. Les personnes qui reçoivent “le petit Enfant Jésus” donnent souvent, spontanément, de l’argent dans cette optique.

Depuis, les valeurs inhérentes à cette initiative (accueillir l’autre, être porteur de joie, être don pour les autres) ont trouvé beaucoup d’autres expressions, qui peuvent se vivre avec tous ceux qui partagent la “Règle d’or”: mettre en commun les jouets avec ceux qui n’en ont pas, donner de la joie dans les maisons de retraite, donner des dessins, un sourire à une personne seule…

MATÉRIEL

    EXPÈRIENCES